Grimalkin et l'Epouvanteur

Informations

 Titres:

  FR: Grimalkin et L'Epouvanteur
  UK: I AM GRIMALKIN
  USA: ???

Sortie:

  FR: Fin Janvier 2013
  UK: 01/09/11

 Informations:

   Auteur: Joseph Delaney
   Tome: 9
   Prix: 12,83 euros
 

Descriptions

Ce livre suit le cours de la saga mais Tom n'en est pas le personnage principal.

Apres avoir entravé le diable, Grimalkin va chercher un moyen de détruire son ennemi et empecher ses serviteurs de récupérer sa tête pour le libérer

Extraits

Chapitre1:

A large green bitter apple

 

  Quand j'atteins le centre du bois, j'enlevai le lourd sac de mon épaule et je le placai a terre devant moi. Puis je mis un genou a terre et défis la corde qui le fermait. [...] Je grimacai et enlevai ce qu'il contenait le tenant devant moi par ses cheveux gras et emmelés par la saleté.
  Il faisait tres sombre sous les arbres et la lune ne devrait pas se montrer avant une heure. Cépendant, mes yeux de sorcière me permettait de voir clairement malgré les tenebres et je regardais la tete coupée du démon, le Diable lui-meme.
  C'était une vue terrible a contempler. J'avais cousu ses paupières fermées pour l'empecher de voir. j'avais farci sa bouche avec une grosse pomme verte et amere enveloppée dans un entrelacs d'épines de roses, il ne pouvait donc pas parler. Mon ennemi était bien occupé, traité comme il le méritait. Malgré la puanteur, ni la tete ni la pomme n'avaient pourri. Le 1er à cause de son pouvoir, la 2eme grace a ma magie. Je répandis le sac à terre et posa la tete dessus. Puis je m'assis en tailleur en face, scrutant avec attention mon ennemi.
  D'une facon ou d'une autre, sa tête semblait plus petite maintenant que lorsqu'elle avait étée fraichement coupée mais elle était tout de meme 2 fois plus grande que celle d'un humain. Sa contraction était-elle le résultat d'etre séparé de son corps ? Je m'interrogeais. Ses cornes, qui sortaient de son front, étaient enroulées et courbées comme celles d'un bélier. Son nez ressemblait à un bec d'aigle. C'était un visage cruel et il méritait la cruauté que je lui avais infligé a son tour.
  Sur tout mon corps, une série de courroies en cuir portait les fourreaux qui tenaient mes armes et outils.
  


[...] marque un passage intraduisible pour moi.

 

 

Date de dernière mise à jour : 23/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×