Tom vs Alice: le combat des amoureux

Voici le nouveau concours. Il s'agit d'un concours d'écriture ou vous devrez raconter le combat entre Alice et Tom.

 

Texte de Piiioupiiioupiiiou le grand vainqueur

Je me tenais au centre de la clairière, tous les sens en alerte. Mon ennemie pouvais surgir de n’importe où et je devais être préparé à toute éventualité. Après plusieurs minutes d’attente qui me parurent une éternité, j’entendis un froissement sur ma gauche. Je pivotais rapidement, mon bâton de sorbier bien en main et ma chaîne d’argent enroulée autour de mon poignet. Elle se tenait là, droite, farouche, armée d’un poignard d’acier. Avec un grognement sourd, elle se jeta sur moi, brandissant son arme. Je parais avec mon bâton son féroce coup de poignard. Un instant, nos regards se croisèrent. Je pouvais lire la haine dans ses yeux. Les reflets de la lune donnaient à son visage un aspect fantomatique. Jamais elle n’avait été plus effrayante. Je la repoussais et elle recula de quelques mètres avec un rugissement bestial. Elle revint ensuite à l’attaque et je ne pu empêcher son second coup de poignard de me transpercer l’épaule. Lorsqu’elle arracha son arme de mon bras meurtri avec un coup sec, la douleur me fit suffoquer et je tombais à genoux. J’eu tout juste le temps de me baisser pour éviter son poignard de me faucher la tête. J’attrapai alors ma chaîne toujours cachée sous mon manteau et je la lançais. La sorcière réussit à l’esquiver mais l’argent lui entailla profondément le bras. Elle poussa un cri de douleur tandis que du sang presque noir gouttait sur l’herbe. Elle s’avança vers moi. Je ne pouvais désormais compter que sur mon bâton de sorbier, ma chaîne étant hors d’atteinte. La sorcière avait cependant un avantage sur moi : je voulais éviter de la blesser et elle désirait ma mort. D’un coup de pied bien placé, elle me fit tomber sur le dos. La violence du choc me coupa le souffle. La sorcière se jeta alors sur moi avec un sourire cruel. Mon bras réagit alors plus vite que ma pensée. Je saisis mon bâton et appuyai sur l’encoche. Avec un déclique, la lame rétractable sortit et se planta dans le cœur de la sorcière qui s’affala sur moi. Durant quelques secondes, je restais immobile, ne réalisant pas encore ce que je venais de faire. Je poussais ensuite le corps de la sorcière et le déposais avec douceur sur le sol. Un sanglot s’échappa de ma gorge et j’arrachais mon bâton de sa poitrine avant de le jeter au loin. Je serrai alors le corps inerte de toutes mes forces contre mon cœur. Je ne voulais ma la tuer. Elle ne pouvait pas être morte. Nous avions vécu tellement de choses ensembles ! J’essayais de me persuader que j’avais fais le bon choix, que j’avais été obligé de venger la mort de mon maître et de tuer la fille du Diable. Mais c’était faux. J’aurais pu ne pas la tuer. J’aurais pu la sauver, lui faire entendre raison. Mais maintenant, il était trop tard. Celle que j’aimais. Celle qui aurait dû partager ma vie.
Alice.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site